Programmation 2019 :

du Samedi 20 Juillet au dimanche 28 Juillet 2019.


 Programme 2018  |  du 20 au 28 juillet

 

« Après s’être doté d’un chœur d’enfants, le festival va s’enrichir d’un ensemble à cordes. »

Cette édition va nous emmener vers d’autres répertoires et accueillera une résidence d’artistes. 10 jeunes artistes au firmament de leur carrière – chambristes reconnus et/ou membres de nos orchestres nationaux – vont pendant 2 semaines se réunir par affinités humaine et musicale pour créer un ensemble. Ils vont s’approprier certaines des plus belles pages de musique de chambre tout en prenant le risque de défricher des œuvres « insolites ».


Vendredi 20  juillet  2018

19h30 | Théâtre David – Saint Sernin du Plain


Ouverture du festival avec un programme autour des airs d’opéras. L’ensemble à cordes accompagnera la jeune soprano Roxana Constantinescu qui s’est distinguée cette dernière saison au côté de Roberto Alagna.

Roxana Constantinescu

mezzo-soprano

Ce qui fait de Roxana Constantinescu une artiste d’exception tient à la fois de sa personnalité musicale, de son jeu d’actrice et de sa capacité à appréhender différents styles avec la même passion et la même honnêteté.

Après des études à Bucarest, Vienne et Munich, la mezzo-soprano roumaine remporte de nombreux concours internationaux et, c’est après avoir obtenu le 1er prix du Concours international de l’ARD de Munich, que démarre véritablement sa carrière internationale.

Son premier engagemement lui est offert par l’Opéra de Vienne, entre 2007 et 2010. Elle débute dans ce lieu mythique avec les rôles de Cherubin, Zerlina, Nicklausse ou Sibel, sous la direction entre autres, de Seiji Ozawa, Franz Wesler-Möst ou Bertrand de Billy.

Depuis 2010, elle est l’invitée de l’Opéra de Los Angeles, du Capitole de Toulouse, du New National Theatre de Tokyo et, très régulièrement, de l’Opéra de Vienne. Plus récemment, elle a tenu le rôle de Rosine dans Manon Lescaut au Deutsche Opera de Berlin ou au Théâtre de Rome sous la baguette de Riccardo Muti, et dans une version scénique de Cosi fan tutte de Mozart avec le Los Angeles Philharmonic Orchestra dirigé par Gustavo Dudamel.

Airs d’opéras

Vivaldi         Sposa, son disprezzata – Bajazet opéra en 3 actes

Haendel       Ombra mai fu  – Le premier air de Serse est un chant d’amour de                Xerxès sur l’une des plus belles et célèbres mélodies de Haendel.

Dopo notte – Ariodante opéra baroque en 3 actes.

Lascia ch’io pianga –  Aria de l’opéra Rinaldo

 

Mozart        Voi, che sapete – Le nozze di Figaro opera buffa sur un livret en                  italien de Lorenzo da Ponte inspiré de la comédie de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro.

 

Berlioz        Nuits d’été – cycle de six mélodies composées sur des poèmes de               Théophile Gautier Vilanelle 2’10’’ et Le Spectre de la rose 6’

 

Bizet           Habanera – L’amour est un oiseau rebelle est une aria sur le rythme            d’une habanera du premier acte de l’opéra Carmen.

                  Seguidilla – chantée par la belle gitane de Prosper Mérimée près des           remparts de Séville. Un morceau populaire dans tous les sens du                   terme.

 

Rossini        Una voce poco fa Le Barbier de Séville, Cavatina opéra bouffe en 2              actes

 

Poulenc       Les Chemins de l’amour mélodie pour voix et piano composée sur               des paroles de Jean Anouilh en 1940, d’après une valse chantée tirée de la musique de scène de la pièce Léocadia.


RESIDENCE D’ARTISTES

Nicolas Vaslier, Laurence del Vescovo, Pablo Schatzman, Antonin Andre-Requena, Leslie Levi, violons

Vincent Debruyne, Clément Batrel-Génin, altos

Sébastien Hurtaud/Alexandre Giordan, Laure Bécard, violoncelles

Lola Daurès, contrebasse.







Nicolas Vaslier, violon

Le violoniste Nicolas Vaslier est membre de l’Orchestre National de France depuis 1999 où il collabore avec de prestigieux chefs d’orchestre tels que Bernard Haitink, Kurt Masur, Ricardo Muti, Yuri Temirkanov, Sir Colin Davis, Seiji Ozawa….
Son expérience et son écoute musicale se sont enrichies lorsque sa passion pour la direction d’orchestre est devenue réalité. En 2006, il fonde l’Orchestre de Chambre des Jeunes qui depuis sa création parcourt un large répertoire orchestral allant de la musique baroque à celle du vingtièmesiècle et, en 2011, il est engagé par Radio France pour diriger dans le cadre d’une tournée en Suisse l’Orchestre des apprentis du National.
Cet art de la direction ajouté à l’enseignement qu’il a reçu de prestigieuses formations tel que le Quatuor Alban Berg et à son parcours (premier prix de violon au CNSM de Lyon, il s’est notamment perfectionné auprès de Jean-Jacques Kantorow à la Hogeschool de Rotterdam) fait de Nicolas Vaslier un musicien reconnu et recherché.

Laurence Del Vescovo, violon

Née en 1992, Laurence del Vescovo commence le violon à l’âge de 5 ans dans la classe de Mary Devismes puis celle de Clara Cernat au CNR de Toulouse.
 A 16 ans, Laurence intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d’Olivier Charlier et de Joanna Matkovska. Elle y obtient son Master en 2014.
Laurence del Vescovo bénéficie également des conseils de Jean-Pierre Wallez, Augustin Dumay, Raphaël Oleg, Latica Honda-Rosenberg, Vera Beths, Ida Bieler, Christian Altenburger et Friedemann Eichhorn lors de masterclasses.
Passionnée d’orchestre,  elle rejoint l’Orchestre Français des Jeunes en 2007 et le Gustav Mahler Jugendorchester en 2009 et se produit ainsi sous la baguette de Frans Welser Möst, Philippe Jordan, Ingo Metzmacher, Herbert Blomstedt, Daniele Gatti ou encore Sir Colin Davis dans les plus prestigieuses salles d’Europe : Musikverein de Vienne, Megaron d’Athènes, Royal Albert Hall de Londres, Théâtre des Champs-Élysées, Concertgebouw d’Amsterdam.
Passionnée également de musique de chambre, elle fonde en 2012 avec Cécile Agator, Flore-Anne Brosseau et Samuel Etienne le Quatuor Capriccio qui remporte le 1er prix au Concours International de musique de chambre d’Illzach en mars 2013. Il est aussi lauréat du Concours International de Quatuor de Bordeaux de mai 2013.
Laurence est membre de l’Orchestre National de France depuis novembre 2014.

Pablo Schatzman, violon

Né à Lyon, Pablo Schatzman débute le violon à l’âge de cinq ans par la méthode Suzuki.
Très vite, il participe à de nombreux concerts et à douze ans il rencontre Tibor Varga qui l’invite à se produire dans son festival de Sion en Suisse, puis à étudier avec lui. Il restera son élève pendant dix ans. Durant ces années, il joue en un peu partout en Europe comme soliste de l’Orchestre du Festival Tibor Varga.
Pablo a ensuite suivi les cycles de perfectionnement de musique de chambre et de violon au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon et a étudié 2 ans à New-York dans la classe de Pinchas Zukerman à la Manhattan School of Music. Il a également bénéficié, lors de master-class des conseils de Pilipp hirshorn, Peter Csaba et Jean Jacques kantorow.
Il est lauréat du prix de l’Académie Internationale Maurice Ravel, de la Fondation Hewlett-Packard, du Concours de Jeunes Interprètes de la Radio Suisse Romande et de la Bourse Lavoisier du Ministère des Affaires Etrangères.
Il a joué en soliste avec, entre autres, l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre de Cannes Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Orchestre de la Garde Républicaine, l’Orchestre du CNSM de Lyon.
Aujourd’hui Pablo se consacre en grande partie à la musique de chambre. Il participe aux festivals Musicades à Lyon, Musique de Chambre du Larzac, Flâneries Musicales de Reims, Pâques musicales de Deauville, Nomus en Serbie, Dartington en Grande-Bretagne, Séoul Spring Festival en Corée etc…
Il a joué avec Pinchas Zukerman, Joseph Silverstein, Ana Chumachenco, Jacques Rouvier, Pierre-Laurent Aimard.
Il faut citer aussi ses collaborations diverses et privilégiées avec le compositeur Franck Krawcyk et le plasticien Christian Boltanski, les pianistes Éric Dartel, Lidija Bizjak, Jean Sébastien Dureau, le quatuor Psophos, son frère Joël et sa soeur Lisa, les musiciens de la Compagnie des Brigands ou encore ceux de l’Orchestre de Chambre Pélléas dont il est violon solo et l’un des membres fondateur.
Pablo Schatzman joue sur un violon de Carlo Guiseppe Testore de 1706 qui lui a été généreusement offert lors de ses études en Suisse.

Antonin Andre-Requena, violon

Antonin André-Requena commence le violon à l’âge de 10 ans.Il entre au Conservatoire national supérieur de musique de Lyon où  Il y obtient son prix mention très bien et mention spéciale du jury pour la meilleure interprétation de l’œuvre contemporaine imposée.
Parallèlement, il bénéficie de l’enseignement de professeurs tels que Régis Pasquier, Véda Reynolds, Gérard Poulet, Roland Daugareil. 
Passionné par le répertoire de musique de chambre, il se produit régulièrement en formations diverses : duo (violon/piano), trio, quatuor et quintette. Il a joué notamment avec Augustin Dumay, Renaud Capuçon, le Quatuor Debussy, Emmanuel Gaugué et Pascal Jourdan. 
Antonin André-Réquéna est membre de l’Orchestre de Paris depuis septembre 2002.

Leslie Levi, violon

Leslie Levi est une artiste française basée à Paris. Violoniste, altiste et directrice artistique, son travail s’articule autour des collaborations transdisciplinaires entre arts savants et nouvelles technologies.
Elle est diplômée du Conservatoire National Supérieur de Paris et de l’Université de Boston (BA et Master en Performance). Lauréate Fulbright, elle étudie aux Etats-Unis de 2007 à 2010 et se perfectionne dans l’Artist Diploma de l’Université de Boston. Elle remporte le Grand Prix de la Bach Soloists Competition à Boston en 2008 et joue en récital à l’Hôtel de Ville de Prague en tant que demi-finaliste de la Prague Spring International Competition en 2010.
Artiste éclectique, elle collabore avec un grand nombre de musiciens internationaux appartenant aux sphères classiques et populaires. Elle se produit en soliste et musique de chambre dans des concerts avec Roberto Alagna, Srumae, Indila, Florent Pagny ou encore MC Solaar. Elle est aussi régulièrement invitée par des orchestres comme l’Opéra de Paris, l’orchestre de chambre de Paris et le Philharmonique de Radio-France où elle joue sous la baguette de Daniel Harding, Pierre Boulez, Myung Whun Chung, Mikko Frank… Ses engagements la conduisent à travers toute l’Europe, aux Etats-unis, en Afrique ainsi qu’en Asie. 
Son intérêt pour les collaborations transversales la mène au célèbre cabaret le Lido pour la création de la revue Paris merveilles en 2015. Sous la direction de Franco Dragone, elle interprète le solo de violon et se familiarise à la mise en scène. Passionnée par les nouveaux médias, elle fonde en octobre 2016 Concert.Digital 360-VR, une plate-forme de production réunissant artistes, créatifs et ingénieurs, pour créer des expérimentations en réalité virtuelle associant musique, danse et spectacle vivant. 
 Son film Leggenda 360, qu’elle a produit et co-réalisé, fait partie de la sélection officielle Next VR au festival de Cannes en mai 2017 et est maintenant distribué à l’international par MK2. Elle conçoit en 2017 d’autres projets en réalité virtuelle pour des institutions comme Radio-France avec des artistes de la scène électro ou l’Observatoire de Paris.

Clément Batrel-Génin, alto

Clément Batrel-Genin débute son apprentissage par le violon au Conservatoire de Montreuil-sous-Bois auprès de Florence Roussin, puis au Conservatoire de Saint-Maur-des- Fossés, dans la classe de violon de Suzanne Marie et dans celle d’alto de Marie-Christine Witterkoër. En 2013, il intègre le CNSM de Paris dans la classe d’alto de Jean Sulem, et il bénéficie aussi de l’enseignement de Jeffrey Irvine lors d’un séjour d’études au Cleveland Institute of Music (USA). En 2017, il entre à l’Orchestre de Paris en tant qu’altiste du rang.
Également intéressé par les disciplines d’érudition, il est titulaire des Prix d’écriture et d’orchestration du Conservatoire de Saint-Maur ainsi que du Prix de Polyphonies des XVe- XVIIe siècles du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, et est l’auteur de nombreux arrangements et transcriptions pour différentes formations.
Passionné de musique de chambre, Clément Batrel-Genin est membre fondateur du Quatuor Onslow. Il a aussi été sélectionné de 2015 à 2017 pour participer à la Seiji Ozawa International Academy Switzerland, et a été membre du Gustav Mahler Jugendorchester.
Sensible à l’enseignement et aux problématiques liées à la transmission, il est professeur de violon, alto et orchestre au Carré des Arts de la Celle Saint-Cloud (78).

Vincent Debruyne, alto

Né en 1970 à Lille, il débute la musique dès l’âge de 6 ans au CNR de Lille. Il y apprend l’alto, le piano et le trombone. Il obtient en 1988 une médaille d’or d’alto dans la classe de Michelle Moulin, et entre au CNSM de Paris dans la classe de Gérard Causse. Il y découvre la musique de chambre avec Rolland Pidoux, Christian Larde, Maurice Bourgue et obtient deux premiers prix en 1991 et 1992. Il est admis en 1994 en Konzertklasse à la Musikhorschule de Bâle dans la classe de Hatto Beyerle. Il fonde la même année le Quatuor à cordes Brancusi avec lequel il entre en 1995 en cycle de perfectionnement de musique de chambre au CNSM de Paris dans la classe de Michel Michalakakos. Il est lauréat avec cette formation du concours de la FNAPEC et des concours internationaux de Guérande 1996 et d’Illzach 1997. Son désir de se diversifier l’amène à travailler avec le quatuor à cordes Brancusi, l’orchestre Poitou Charentes dont il est l’alto solo depuis 1999, L’orchestre « Les Siècles » en temps qu’alto solo, l’orchestre de Paris et les orchestres de Radio France.
Ouvert à toutes formes de projets, il a réalisé différents spectacles et créations musicales, théâtrales et chorégraphiques, comme les 7 dernières paroles du Christ avec les récitants Hugues Martel et Daniel Gélin, le carnaval des animaux avec Robin Renucci, des créations des chorégraphes Joseph Nadj, Ivan Alexandre, Myriam Naisy, Jean Claude Gallotta, un opéra itinérant avec les greniers de Bourgogne, un spectacle pour les enfants avec les JMF ainsi que des concerts avec Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, Khaled, Noir Désir ou Steroid Maximus et Travelling Quartet.
Il se produit en tant que soliste et chambriste dans toute la France, en Europe, en Asie, en Afrique, et aux Usa avec les quatuors Manfred, Fine Art, Gaudi, des artistes tels que Jean François Heisser, Alexandre Tharaud, Philippe Bernold, Jean Marie Trotereau, Ophélie Gaillard, Jan Orawiec, F.M. Drieux.

Laure Bécard, violoncelle

Violoncelle solo de l’Orchestre Symphonique de l’Aube depuis 2001, Laure Bécard est une musicienne aux multiples facettes.
Elle suit l’enseignement de Jean-Marie Gamard au Conservatoire de Rueil-Malmaison et d’Henri Demarquette avant d’intégrer la classe d’Yvan Chiffoleau au CNSMD de Lyon où elle obtient son diplôme Mention Très Bien en en 2003.
Elle part ensuite se perfectionner auprès d’Enrico Dindo à l’Accademia Musicale di Pavia.
Elle est lauréate de l’International Music Prize Gaetano Zinetti.
Sa carrière d’instrumentiste l’amène à se produire avec différents orchestres : Orchestre National de Lyon, Orchestre de l’Opéra de Lyon, Orchestre de Chambre de Paris, Orchestre National d’Ile de France, Orchestra Sinfonica Nazionale della RAI (Turin & Rome ), Orchestra del Teatro alla Scala di Milano, Orchestre des Pays de Savoie … , orchestres où elle joue sous la direction en autres de William Christie, Ivan Fisher, David Robertson, Emmanuel Krivine, Riccardo Chailly, Stefano Montanari, Simone Young, Jesus Lopez Cobos, Leonard Slatkin…
Elle mène en parallèle une carrière de chambriste, jouant au sein de différentes formations avec une prédilection pour le trio à cordes.
Elle est d’ailleurs co-fondatrice du Trio Alma, avec lequel elle a effectué de très nombreux concerts lors de festivals tels que Aix en Provence, la Côte St André, le «Mois Molière» à Versailles, au Musée Claude Debussy à St Germain-en-Laye …
Elles ont d’ailleurs été lauréates de deux concours : concours Giulio Rospigliosi et concours Antonelli.
Elle a crée avec Gautier Capuçon et Henri Demarquette, les « Huits Tableaux pour Orphée » œuvre pour 8 violoncelles d’Eric Tanguy, création ayant fait l’objet d’une captation par les chaînes Mezzo et Arte.
Passionnée par les arts de la scène, elle apparaît dans différentes productions théâtrales en tant que violoncelliste et comédienne, notamment au Théâtre du Rond Point, au Musée d’Orsay à Paris, au Festival d’Avignon, au Théâtre des Marronniers à Lyon, à Ottawa, à Montréal …
Elle participe aussi à de nombreux enregistrements de musiques de films, ainsi qu’à des spectacles tels que Hilarmonic Show avec Michel Leeb.
Soucieuse de transmettre sa passion, elle est professeur au CRD de Nevers, permettant ainsi à de jeunes élèves de développer leurs carrières.
Depuis une dizaine d’année, elle partage aussi son savoir lors de stages d’été, notamment.

Alexandre Giordan, violoncelle

Alexandre Giordan débute le violoncelle à l’âge de 8 ans. En Février 1999, il est admis au CNSM de Paris dans la classe de M. Gamard et obtient un Premier Prix avec Mention Très Bien en juin 2003, ainsi qu’un Premier Prix de Musique de Chambre en 2007.
Il participe alors régulièrement aux concerts de l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France et l’Orchestre de Paris sous la baguette de chefs prestigieux tels que K. Masur, E. Krivine, Sir Colin Davis, R. Muti, V. Gergiev, A. Jordan, B. Haitink, D. Gatti, S. Ozawa, Sir John Elliot Gardiner…
En Mars 2007, il est nommé 2ème Violoncelle Solo à l’Orchestre National de France. Il apprécie particulièrement la musique de chambre et se produit régulièrement, notamment avec ses collègues de l’Orchestre National.

Sébastien Hurtaud, violoncelle

Sébastien Hurtaud est décrit par Strad Magazine comme créatif, ayant « l’aplomb d’un Rostropovich et la virtuosité d’un Feuerman ». Le violoncelliste est diplômé du CNSM de Paris, du SMU à Dallas et lauréat de concours internationaux (Parisot, Naumburg, Adam).
Il consacre son premier disque à Hindemith (label Naxos). Les futurs concerts amènent le soliste à jouer avec l’orchestre National de Lorraine, l’orchestre de Picardie, Le Philharmonique de l’Oise, l’orchestre National de Nouvelle-Zélande (NZSO), l’Orchestre de la Radio Slovaque. L’artiste est dédicataire d’œuvres nouvelles dont celles de Gareth Farr, Lucas Debargue, Youli Galperine.
Le soliste enregistrera son second disque en 2019, dans les concertos d’Elgar et Farr, au côté de la cheffe d’orchestre Jessica Cottis avec le NZSO.

Lola Daurès, contrebasse

Lola Daures débute la contrebasse à l’âge de treize ans avec Sylvain Wiener au C.R.R d’Aubervilliers-La Courneuve. Elle y étudie également l’harmonie ainsi que le piano.
Elle y obtient un premier prix de contrebasse, et entre en cycle de perfectionnement dans les classes de Jean-Christophe Deleforge et de Sylvain Wiener.
Elle se perfectionne par la suite au Conservatoire du Luxembourg dans la classe d’André Kieffer, au C.R.R de Rueil-Malmaison dans la classe de Philippe Noharet, ainsi qu’auprès de Jean-Edmond Bacquet, Stéphane Logerot, Eckart Rudolph, Christophe Dinaut, Maria Chirokoliyska…
Elle aborde le répertoire symphonique lors d’une session d’été avec l’Orchestre Français des Jeunes sous la direction de Marek Janowski et de cette expérience naîtra son attachement pour la pratique de l’orchestre.
Elle est depuis régulièrement invitée par des orchestres tels que l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, l’orchestre de Picardie, Les Dissonances, Les Siècles, l’Orchestre des Pays de Loire, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, l’Orchestre de chambre de Paris…
Elle participe également à des concerts de musique de chambre aux cotés de partenaires tels que : Marc Coppey, Mathieu Herzog, Guillaume Bellom, Gabriel Le Magadure, Roland Pidoux, Nicolas Dautricourt, Laurent Wagschal, Romain Guyot, le quatuor Modigliani…

Dimanche 22 juillet 2018

14H30  |  Dracy lès Couches

« Moins de randonnée….plus de musique. »

Une nouveauté pour remplacer la randonnée musicale qui existe depuis la création du festival. Un parcours musical aura lieu dans le village de Dracy.

Mini-concerts dans des lieux choisis, permettant une proximité avec les artistes.

Entre les concerts vous aurez l’occasion de découvrir le charmant village bourguignon de Dracy-Lès-Couches, son église construite sur la roche dont l’intérieur à été repeint, en partie,  par les habitants, son château, son moulin, et ses ruelles bordées de maisons de vignerons.


Promenade musicale à Dracy-Lès-Couches


 La Grange de la ferme de l’étang

Duo de violons Laurence Delvescovo et Nicolas Vaslier

Invention de J.S.Bach n° 2

Sonate n° 5 opus 3 de J.M Leclair

Sonate de Prokofiev

Passacaille de Halvorsen/Haendel


la Glycine Blanche, caveau

Quintette à cordes de Dvorak

Quintette – Pablo Schatzman, Leslie Levi, Vincent Debruyne, Laure Bécard et Lola Daurès


Le moulin de Dracy

Trio à cordes – Antonin Andre-Requena, Clément Batrel-Génin et Alexandre Giordan

Trio de Beethoven n°8 – Sérénade


  ­­

En cas d’intempérie, les concerts auront lieu dans l’église de Dracy-Lès-Couches, au centre du village.

<

Dimanche 22 juillet 2018

19h30   |   Théâtre David – Saint Sernin du Plain


1ère partie – récital piano solo –

Sonates Beethoven / Debussy

2ème partie

Concerto N°4 de Beethoven version pour double quintette à cordes

Soliste Vahan Mardirossian, piano

 

Orchestre à cordes

Nicolas Vaslier, Laurence del Vescovo, Pablo Schatzman, Antonin Andre-Requena, Leslie Levi, violons

Vincent Debruyne, Clément Batrel-Génin, altos

Alexandre Giordan, Laure Bécard, violoncelles

Lola Daurès, contrebasse.

Programme

1ère partie :

-Récital piano solo – Beethoven / Debussy.

2ème partie :

-Concerto N°4 de Beethoven version pour double quintette à cordes.

Pour la saison 2016-2017 Vahan Mardirossian a fait ses débuts avec l’Orchestre Symphonique de Moscou « Russian Philharmonic », Orchestre Symphonique de Sanremo ainsi que Kansai Philharmonic Orchestra avec lequel il a interprété la 9ème Symphonie de Beethoven à Osaka pour le concert de Noel 2016.

Durant les saisons 2014-2016 Vahan Mardirossian à fait ses débuts à la baguette avec le NHK Symphony Orchestra, le Japan Philharmonic Orchestra, Tokyo Philharmonique Orchestra le Real Orquesta Sinfonica de Sevilla, le Sudwestfalen Philharmonic Orchestra et l’Orchestre National de Bulgarie.

 

Vahan Mardirossian est le Chef Principal de l’Orchestre de Caen et le Directeur Musical de l’Orchestre National de Chambre d’Arménie (NCOA).

 

Son parcours à la baguette Vahan Mardirossian commence à l’âge de 15ans. Il est nommé Chef Principal et Directeur Musical de l’Orchestre de Chambre des Jeunes de Centre Culturel Arménien.

 

Depuis il dirige régulièrement l’Orchestre Philharmonique de Prague, Prague Radio Symphony Orchestra, l’Orchestre Philharmonique d’Arménie, l’Orchestre National des Pays de Loire, Tokyo Mozart Players, l’Orchestre « Amalgames » (constitué des meilleurs éléments de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg et l’Orchestre Symphonique SWR Baden-Baden–Freiburg), l’Orchestre de Douai, Les Czech Soloists, l’Orchestre Philharmonique de Liban, l’Orchestre de Caen, l’Orchestre de Cannes, l’Orchestre d’Opéra de Toulon, l’Orchestre de Chambre de Novossibirsk, l’Orchestre National de Chambre d’Arménie…


Il a comme soliste des musiciens de renommée internationale comme I.Gitlis, A.Markov, A.Dumay, V.Sverdlov-Ashkenazy, D.Poppen, B.Engerer, X.Phillips, L.Vogt, K-W.Paik, R.Galiano, V.Postnikova, D,Kashimoto, S .Nakaryakov, G.Hofmann, A.Chaushian, R.Pidoux, A.Soumm, A.Ghindin, I.Tchetuev, P.Leschenko, A.Wass, J-M.Phillips-Varjabedian, Trio Wanderer, F.Mondelci, J-C.Pennetier, J.Rouvier, S.Roussev, M.Coppey, R.Arodacky, P.Vernikov, N.Dautricourt, S.Bechy, G.Touvron, S-M.Degand, E.Rozanova, R.Daugareil, A.Cazalet…

 

Son répertoire couvre une large palette allant de la période baroque à nos jours (Tanguy, Saariaho, Rautavaara, Hersant, Dutilleux, Rihm, Kagel, Crumb, Ligeti, Mulsant, Canat de Chizy…)

 

En mai 2013 Vahan Mardirossian a dirigé la création française de l’opéra de Tigranyan « Anouche » au Théâtre Nanterre-Amandiers.

À la tête de ses deux orchestres Vahan Mardirossian a enregistré le Concerto pour violon de Tchaïkovski (Stéphanie-Marie Degand, Orchestre de Caen) et la 1ère Symphonie pour cordes et la suite pour orchestre de Florentine Mulsant (NCOA).

 

Pianiste reconnu, depuis plusieurs années, Vahan Mardirossian combine ces deux passions en dirigeant du clavier les concertos (Bach, Haydn, Mozart, Beethoven, Grieg, Schostakovitch…).  Il joue également sous la direction des grands chefs tels Kurt Masur, Paavo Järvi, Yutaka Sado, John Axelrod, Yuri Ahronovith

C’est la rencontre avec Kurt Masur qui a permis de marquer un tournant définitif dans la carrière de Vahan Mardirossian. Il est invité par Maestro au séminaire de direction d’orchestre à New York où il dirige parmi les lauréats l’orchestre de Manhattan School.

Suite à cela en 2005 Vahan Mardirossian crée l’orchestre de chambre « Maestria » avec lequel il se produit en France incluant le Théâtre des Champs-Élysées et la Halle aux Grains de Toulouse.

»»

Mardi 24 juillet 2018

19h30   |   Théâtre David – Saint Sernin du Plain


The Amazing Keystone Big Band

Amazing Keystone Big band

Crée en 2010, et le bouillonnant Amazing Keystone Big Band exprime à la fois l’esprit, l’âme des grandes formations de l’ère du swing-roi, et l’inventivité, l’ouverture, l’insolente virtuosité du jazz d’aujourd’hui.

Complices depuis le Conservatoire, le pianiste Fred Nardin, le saxophoniste Jon Boutellier, le tromboniste Bastien Ballaz et le trompettiste David Enhco assurent la direction et les arrangements de l’orchestre.

Les 17 cadors qui piaffent derrière les pupitres de cette turbulente machine à jazz ne se contentent pas de faire allégeance, avec classe, à Count Basie, Duke Ellington ou Thad Jones. Ils considèrent surtout que cet orchestre d’amis triés sur le volet leur permet d’expérimenter des idées neuves, tout en revisitant les perles d’un répertoire insubmersible.

JAZZ ET CINÉMA

Le jazz et le cinéma sont nés à la même époque : les frères Lumière ont organisé leur première projection en 1895 au moment où tout commençait pour le jazz à la Nouvelle Orléans.

Jazz et Cinéma ont toujours été étroitement associés. Lennie Niehaus et Clint Eastwood, Henry Mancini et Blake Edwards, Lalo Schiffrin et Don Siegel, Charles Mingus et John Cassavetes, la musique de Miles Davis accompagnant Jeanne Moreau, celle des Jazz Messengers sur les films de Roger Vadim, etc.

Les collaborations entre réalisateurs et jazzmen sont à l’origine de nombreuses musiques de film qui ont marqué la mémoire collective.

Commandé en 2012 par le Festival « La Musiques des Cuivres » du Monastier, le programme « Jazz et Cinéma » de The Amazing Keystone Big Band évoque, à sa façon les films connus et méconnus qui ont fait la part belle au jazz !
Ainsi écoutera-t-on les thèmes de Goldfinger, La Panthère Rose, Les Aristochats, Mission Impossible, The Fox, Mannix, Bullitt mais aussi Blues in the Night, Porgy and Bess et quelques autres…

Un programme ludique et joyeux pour toute la famille !

Jazz et cinéma

LA PRESSE

« C’est bouillonnant, c’est hyper inventif, c’est absolument magnifique ! »
Christophe Combarieu, LCI

« Un chef-d’œuvre ! Dix-sept musiciens prodigieux ! »
Youssef Bouchikhi, France 2

« Ce qui sidère, c’est la fantastique qualité de l’Amazing Keystone Big Band. Les masses orchestrales, l’écriture, l’ampleur, donnent une dimension inédite à cette musique. La troupe entre en transe en dansant, ce qui depuis Jacques Prévert s’appelle la transcendance. »

Francis Marmande, Le Monde

« L’Amazing Keystone Big Band, c’est la meilleure nouvelle du « jazz » depuis dix ans ! Un énorme succès ! »
Francis Marmande, Le Monde

La presse

Jeudi 26 juillet 2018

 20h00    |    Eglise de Dracy Les Couches


Les Variations Goldberg

Jean Sébastien Bach

version pour ensemble à cordes

Nicolas Vaslier, Laurence del Vescovo, Pablo Schatzman, Antonin Andre-Requena, Leslie Levi, violons

Vincent Debruyne, Clément Batrel-Génin, altos

Alexandre Giordan, Laure Bécard, violoncelles

Lola Daurès, contrebasse.

La légende dit que Bach a composé cette œuvre pour calmer les insomnies du comte von Keyserling. Le comte aurait commandé ces Variations à Bach au tout début des années 1740 et celles-ci auraient été jouées pour la première fois par un des élèves de Bach et petit protégé du comte : le claveciniste Johann Gottlieb Goldberg.

La légende toujours, dit que le comte était si heureux de ces partitions, qu’il aurait offert à Bach une magnifique coupe en or remplie de cent louis d’or, pour le remercier pour cette œuvre qu’il appelait « mes variations ».

Mais, nous ne sommes pas si sûrs que cette histoire soit vraie. Les Variations Goldberg pourraient très bien avoir été composées, simplement comme ça, parce que Bach avait envie de les écrire.


Samedi 28 juillet 2018

 19h30   |   Théâtre David


« Et nous clôturerons ce festival avec un concert où se côtoieront Vivaldi et Piazzola dans leur « 4 Saisons respectives »  ainsi qu’un invité soliste Richard Galliano, accordéoniste et bandonéoniste virtuose. »

Nicolas Vaslier, Laurence del Vescovo, Pablo Schatzman, Antonin Andre-Requena, Leslie Levi, violons

Vincent Debruyne, Clément Batrel-Génin, altos

Alexandre Giordan, Laure Bécard, violoncelles

Lola Daurès, contrebasse.

Quatre saisons de Vivaldi

Soliste pour « l’été » et « l’hiver » :   Richard Galliano

Saisons de Astor Piazzolla

Récital solo Richard Galliano


Richard Galliano

Etudie le piano et l’accordéon dès l’âge de 4 ans, avec son père Lucien Galliano, accordéoniste et professeur.
Particulièrement doué et investi, il entre très vite au Conservatoire de Nice, dirigé alors par l’organiste Pierre Cochereau, et suit les cours d’harmonie, de contrepoint et… de trombone à coulisse. Il obtient un Premier Prix en 1969 pour cet instrument.

Il arrive à Paris en 1975 et rencontre Claude Nougaro dont il deviendra l’ami, l’accordéoniste mais aussi le chef d’orchestre, et ce jusqu’en 1983. L’auteur et le compositeur se sont trouvés.
Ils s’entendent à merveille.
De cette étroite collaboration naîtront bon nombre de chansons qui font partie du patrimoine de la chanson française, telles que Allée des brouillards, Des voiliers, Vie Violence

La deuxième rencontre déterminante aura lieu en 1980, avec le compositeur et bandonéoniste argentin Astor Piazzolla. Astor l’encouragera vivement à créer le “New Musette” français, comme il a lui-même inventé auparavant le “New Tango” argentin.




This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!