Programme 2019  |  du 20 au 28 juillet

 9 concerts – 9 artistes en résidence

1 Opéra – 1 journée musicale à Dracy-Lès-Couches dans des lieux privés.


Samedi 20  juillet  2019 – Concert en soirée

19h30 | Théâtre David – Saint Sernin du Plain

En ouverture du festival au Théâtre David, création de La fable Platée

Adaptation de l’opéra Platée de Jean Philippe Rameau pour

Chœur d’enfants, 4 Chanteurs solistes et 1 ensemble instrumental de 5 musiciens.

Comédie lyrique / Ballet bouffon, créé en 1745 à Versailles 

Livret de Le Valois d’Orville, 

inspiré de « Platée ou Junon Jalouse » du dramaturge Jacques Autreau 

Argument 

Pour se moquer de la jalousie de sa femme Junon, Jupiter, le Dieu des Dieux, invente un bien cruel et hilarant stratagème : il annonce qu’il est amoureux d’une ridicule et prétentieuse grenouille, nommée Platée et qu’il va l’épouser ! 

Dans un climat de folie, cieux et marécages vont se répondre dans la bouillonnante musique de Rameau. 

Les chanteurs

Platée David Tricou – Haut de contre
Thespis / Mercure – Benoit-Joseph Meier – Haut de contre
Jupiter – Mathieu Gourlet – basse
Junon/La Folie – Mathilde Monfray – soprano

 

Les musiciens

Colleen Lacroix -Violon

Nadine Oussaad – Alto,
David Augustin – Violoncelle,
Hélène Foissey – Hautbois

Etienne Jacquet – Clavecin

Metteure en scène et adaptation

Brigitte Le Gargasson

Assistant à la mise en scène Karim Bouzra

Adaptation musicale et chef de chœur

Marine Bouille

Chef de chœur associé

Claire Singuerlet

Chorégraphe

Damien Sengulen

Scènographie

Marie Le Gargasson



Dimanche 21 juillet 2019 – Dracy-lès-Couches

14H30  |  17H | 18H30 – 3 lieux privés pour des concerts de 40 minutes chacun.
Ces lieux intimistes permettent une proximité avec l’œuvre et les artistes.

Le RDV est fixé à 14H Salle des fêtes de Dracy-Lès-Couches.
Réservation obligatoire.

20H00 | Eglise de Dracy lès Couches


Parcours musical organisé dans le charmant village de Dracy-Lès-Couches. Quelques lieux choisis : La grange bourguignonne de la Ferme de l’étang, le caveau du vigneron de la Glycine blanche, le Château de Dracy…

Le Trio Atanassov – trio à cordes avec piano

Le Quatuor Hanson – Quatuor à cordes

Route 83 – Quintette vocal de jazz a capella

Quatuor Hanson :

  • Anton HANSON, Jules DUSSAP Violons – Gabrielle LAFAIT Alto – Simon DECHAMBRE Violoncelle :

Fondé en 2013, le Quatuor Hanson se forme sous l’impulsion de Hatto Beyerle (European Chamber Music Academy), du Quatuor Ebène et de Jean Sulem au Conservatoire Supérieur de Paris. Guidés par leurs conseils, ils font des quatuors de Haydn leur point d’ancrage esthétique et musical. L’étude des œuvres classiques leur permet de mettre en lumière l’aspect rhétorique, souvent fantasque et toujours poétique de la musique de Haydn.

Parallèlement, ils abordent les œuvres de compositeurs de notre époque comme Toshio Hosokawa, Wolfgang Rihm, ou encore Mathias Pintscher. S’approprier la musique de leur temps est pour eux le lieu d’une réflexion sur leermer »] rôle de l’interprète et sa place dans la modernité. A travers ses liens intertextuels et ses rencontres anachroniques, cette vision d’ensemble du répertoire est devenue pour le quatuor la force motrice d’une réflexion essentielle au musicien d’aujourd’hui…

Soutenus par la fondation Banque Populaire, ainsi que par la fondation Singer-Polignac où ils sont en résidence à Paris, les quatre musiciens sont lauréats de nombreux concours internationaux : 2° prix à Genève en 2016, ainsi que 2° prix au concours Joseph Haydn à Vienne où ils sont récompensés de plusieurs prix spéciaux (Prix Haydn, Prix du public et Prix de la pièce XX° siècle) et 3° prix et prix du public au concours de Lyon en 2015. Ils sont invités par de prestigieux festivals. Leurs concerts au Wigmore Hall à Londres, à l’Auditorium de la Maison de la Radio à Paris, au Victoria Hall de Genève, à l’ORF Kulturhaus à Vienne leur permettent de s’illustrer en Europe et à l’international (Chine, Maroc, Norvège, …).

Le Quatuor Hanson aspire à offrir une expérience de concert au-delà de la performance, laissant l’auditeur libre car c’est peut-être vers la liberté que convergent toutes les musiques.

Lire la suite

  • Lola Daurès : contrebasse

Débute la contrebasse à l’âge de treize ans avec Sylvain Wiener au C.R.R d’Aubervilliers-La Courneuve. Elle y étudie également l’harmonie ainsi que le piano.

Elle y obtient un premier prix de contrebasse, et entre en cycle de perfectionnement dans les classes de Jean-Christophe Deleforge et de Sylvain Wiener.

Elle se perfectionne par la suite au Conservatoire du Luxembourg dans la classe d’André Kieffer, au C.R.R de Rueil-Malmaison dans la classe de Philippe Noharet , ainsi qu’auprès de Jean-Edmond Bacquet, Stéphane Logerot, Eckart Rudolph, Christophe Dinaut, Maria Chirokoliyska…

Elle aborde le répertoire symphonique lors d’une session d’été avec l’Orchestre Français des Jeunes sous la direction de Marek Janowski et de cette expérience naîtra son attachement pour la pratique de l’orchestre.

Elle est depuis régulièrement invitée par des orchestres tels que l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, l’orchestre de Picardie, Les Dissonances, Les Siècles, l’Orchestre des Pays de Loire, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, l’Orchestre de chambre de Paris…

Elle participe également à des concerts de musique de chambre aux cotés de partenaires tels que : Marc Coppey, Mathieu Herzog, Guillaume Bellom, Gabriel Le Magadure, Roland Pidoux, Nicolas Dautricourt, Laurent Wagschal, Romain Guyot, le quatuor Modigliani…

Lire la suite

Route 83 :

  • Lila Calhoun (soprano), Françoise Grosjean (alto), Gérard Guyot (baryton), Jean-Claude Pacaud (ténor), Thierry Dromard (basse) :

Sur la planète jazz, vous avez rarement entendu cela : des standards de Serge Gainsbourg, Henri Salvador, Pow Wow, Stevie Wonder chantés complètement a capella ! Des morceaux instrumentaux de Count Basie, Duke Ellington, Quincy Jones et même un tango d’Astor Piazzolla où les cordes vocales reprennent à leur compte les cuivres, la guitare, la contrebasse ou la batterie ! C’est toute la singularité de « Route 83 ».

Le quintette de jazz vocal, unique en son genre « a capella » en Bourgogne Franche-Comté, est né en 2009 dans le Jura. Tous ses membres résident le long de l’ancienne nationale 83. Ils sont trois hommes et deux femmes, chacun son registre vocal du soprano à la basse, chacun fond dans le groupe son instrument de musique universel, la voix. Tous les cinq sont issus d’univers musicaux tous azimuts, la pop, le rock, la musique classique, le jazz, le folk, la chanson française. Et parce que Route 83 tient à transmettre son plaisir aux auditeurs, il les fait chanter à trois voix, un des moments que le public adore !

Lire la suite

Trio Atanassov :

  • Perceval Gilles Violon – Sarah Sultan Violoncelle – Pierre-Kaloyann Atanassov Piano :

Grâce à leur sens surdéveloppé du dialogue, les musiciens du Trio Atanassov nous invitent à entrer dans l’intimité de la partition et trouvent bien des occasions de faire vibrer notre corde sensible. Sûrs de leur technique et de la conduite de chaque phrase, leur science de la dynamique, avec ses grands (de)crescendos sereinement menés, ses contrastes soudains et ses détails soignés participe à la construction de formes que l’on imagine difficilement plus cohérentes.

Diapason, Nicolas Derny, mai 2014

Pour son premier CD, le Trio Atanassov remporte un Diapason d’Or. Et par ses mots, Nicolas Derny met le doigt sur ce qui, au fil des ans, est devenu la marque de fabrique de l’ensemble :  des interprétations faites d’un alliage subtil d’émotion et de lisibilité…

La connivence qui unit Perceval Gilles, Sarah Sultan et Pierre-Kaloyann Atanassov depuis leurs débuts en trio en 2007 est rendue possible par un état d’esprit commun, reposant sur des valeurs partagées : intégrité et exigence artistique, curiosité musicale, simplicité humaine associée à un profond sens du partage. L’exigence artistique des trois musiciens n’échappe pas aux grands maîtres qui les accompagnent durant leurs années de formation au sein de prestigieuses institutions européennes (CNSMDP, Université de Vienne, ECMA*).

De ce travail d’artisan découle un jeu dont la clarté du discours est unanimement saluée : vainqueur des Concours de Francfort et Graz, le trio Atanassov est également lauréat des concours d’Osaka au Japon, de Trondheim en Norvège, « Joseph Haydn » à Vienne, ou encore « Joseph Joachim » à Weimar.

Ces distinctions sont le prélude d’une carrière qui emmène le Trio se produire aux quatre coins de l’Europe : Vienne, Francfort, Londres, Bruxelles, ou encore, en France le Festival de Radio-France à Montpellier ou la Cité de la Musique à Paris.

Les concerts du Trio Atanassov font souvent l’objet de captations par les radios et sur France Musique, Frédéric Lodéon fait de l’enregistrement Smetana/Dvořák son Coup de cœur.

Passeurs d’émotion et de connaissance, les musiciens du Trio Atanassov placent la notion de partage au cœur de leur activité de chambriste et formulent ainsi leur credo : « toucher, surprendre, faire voyager nos auditeurs, et leur offrir de partager les émotions qui furent les nôtres lorsque nous avons découvert les œuvres que nous leur présentons ».

Lire la suite

  • Manuel Vioque-Judde : Alto

Né en 1991, Manuel Vioque-Judde est actuellement un des altistes les plus talentueux de sa génération.

Son éducation musicale commence à Paris à l’âge de 5 ans avec l’apprentissage de l’alto mais aussi la pratique intensive du chant et du piano, qui lui permettra d’intégrer très jeune la Maîtrise de Radio France. Élève au CRR de Paris, il obtient à 15 ans le 1er prix à l’unanimité au Concours National des Jeunes Altistes.

Lauréat de nombreux prix internationaux, il est récompensé aux deux plus prestigieux concours d’alto, remportant en 2014 à Los Angeles le 2ème prix et le prix spécial de la meilleure sonate au XIVe Concours Primrose, puis en 2016 le 2ème prix du Concours Tertis sur l’Île de Man.

​Aussi à l’aise en concerto qu’en musique de chambre, il a collaboré en France avec l’Orchestre Français des Jeunes et l’Orchestre des Lauréats du Conservatoire, au Venezuela avec l’Orchestre Symphonique Simon Bolivar, en République Tchèque avec le Moravian Philharmonic Orchestra, en Allemagne avec le Vogtland Philarmonic Orchestra et l’Elbland Philharmonie Sachsen, aux États-Unis avec le Santa Barbara Chamber Orchestra.

​En tant que chambriste, il joue dans les plus grandes salles internationales.

​Son premier CD « Viola Reflections » en 2015 est salué par la critique (Diapason, Cadences, France Musique…).

En 2017, Manuel Vioque-Judde est nommé Lauréat de la Fondation Banque Populaire et Révélation classique Adami.

Lire la suite


Les lieux de concerts de l'après-midi à Dracy-Lès-Couches

14H30 | 16H | 17H30


 La Grange de la ferme de l’étang

TRIO ATANASSOV

Trio avec piano de Mendelssohn


la Glycine Blanche, caveau

QUATUOR HANSON

Quatuor de Beethoven


Le Château de Dracy

ROUTE 83

Quintette vocal de jazz a capella



Concert en soirée – Eglise de Dracy Lès Couches

20h00


Clôture de cette journée par une soirée réunissant tous les musiciens en l’église de Dracy-Lès-Couches à 20H, pour un programme ouvert sur la musique du XXème siècle, commenté par les artistes qui en donneront les « clés d’écoute ».



Programme

Métamorphoses de Richard Strauss

Quatuor à cordes n°1 de Gyorgy Ligeti

Fratres de Arvo Part

Suite de danses de Bela Bartok

Un mouvement du trio avec piano de Bright Scheng


<

Mardi 23 juillet 2019 

19h30   |   Théâtre David – Saint Sernin du Plain


Programme romantique

Trio à cordes Atanassov, Quatuor Hanson

Manuel Vioque-Judde, alto et Lola Daurès, Contrebasse


Sextuor à cordes n°1 de Johannes Brahms

La Truite, quintette à cordes avec piano de Franz Schubert


Jeudi 25 juillet 2019

 19h30   |   Théâtre David


Récital de piano avec Shani Diluka



.

Sélection de Pièces Lyriques de Edvard Grieg 

Valses Poétiques de Enrique Granados 

Clair de lune de Claude Debussy

Estampes de Claude Debussy : Pagodes, Soirée à Grenade, Jardins sous la pluie 

Isle Joyeuse de Claude Debussy

Interprète « hors norme » (Figaro) douée d’une « virtuosité ailée » (Classica), Shani Diluka dresse un pont entre Orient et Occident. Née à Monaco de parents sri-lankais, elle est remarquée à l’âge de six ans par un programme mis en place par la Princesse Grace de Monaco puis sélectionnée pour participer à un programme spécialisé de l’Académie Prince Rainier III dans la Principauté. Elle intègre plus tard le CNSMD de Paris dont elle sort avec un premier prix à l’unanimité, entourée des conseils de B. Rigutto, G. Pludermacher, M.-F. Bucquet et J. Chaminé. A cette période, la rencontre avec Leon Fleisher marque philosophiquement et définitivement sa carrière. Au cours de son cycle de perfectionnement, elle rencontre aussi Maria Joao Pires, Menahem Pressler et Murray Perahia, qui tous trois l’invitent à travailler auprès d’eux. D’autres rencontres suivent en 2005, lorsqu’elle intègre la fondation de Come présidée par Martha Argerich. 

Soliste invitée de nombreux orchestres – l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, le Sinfonia Varsovia, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre Royal de Suède, l’Orchestre Symphonique de Brême, l’Orchestre Symphonique de Fribourg, le Tonkunstler Orchestra de Vienne, le Kyushu Symphony Orchestra au Japon, etc., elle collabore avec de grands chefs tels que Lawrence Foster, Vladimir Fedosseïev, Ludovic Morlot, Eivind Gullberg Jensen ou Gábor Takács-Nagy. Invitée des grandes salles, Shani Diluka se produit en récital au Concertgebouw d’Amsterdam, au Théâtre de La Fenice de Venise, à la Sala de Sao Paulo, à l’Arsenal de Metz, à La Philharmonie de Bucarest, à l’Auditorium de Radio France, à Tokyo où elle fait l’ouverture de la Folle Journée, en clôture du festival de Verbier, au Théâtre des Champs Elysées (Jeanine Roze production), au Konzerthaus de Vienne, à la fondation de Zubin Mehta, au Mozarteum de Salzbourg, au Festival de Ravinia à Chicago, aux Schubertiades en Autriche, à La Folle Journée de Nantes, en Russie et au Japon, à la Roque d’Anthéron, à La Philharmonie de Paris… 

Son parcours se nourrit de collaborations avec les solistes Natalie Dessay, Karine Deshayes, Michel Portal, avec les compositeurs W. Rhim, K. Beffa ou B. Montovani dont elle a créé Cinq pièces en hommage à Paul Klee, mais aussi avec de grands noms du cinéma tels que Sophie Marceau, Gérard Depardieu, Hippolyte Girardot ou encore Charles Berling. Passionnée de musique de chambre, Shani est aussi la partenaire régulière d’ensembles de renom tels que les quatuors Ébène, Ysaÿe, Prazak, Modigliani, Belcea. 

La transmission étant une de ses préoccupations majeures, elle publie plusieurs livre-disques destinés au jeune public aux éditions Didier Jeunesse-Hachette, La Dolce Vita ou avec Radio Classique. 

Ses enregistrements solo de Beethoven, Mendelssohn, Schubert et Grieg recueillent de multiples récompenses (Choc de la musique, RTL d’Or, Choix d’Arte, de Mezzo, Vogue Japon, 5 Diapasons, Gramophone, Fanfare USA, Diapason, Musikzen, Arena Award Japon…). Par ailleurs, elle enregistre le disque officiel de la Folle Journée 2014 sur la musique d’avant-garde américaine « Road 66 », le disque « Symphonie des Oiseaux » et récemment une intégrale Beethoven des pièces pour violoncelle et piano avec Valentin Erben du quatuor Alban Berg, autant de projets originaux qui reçoivent un très beau succès critique. 

Shani Diluka enregistre à l’été 2018 le Concerto Wq23 de Carl Philipp Emmanuel Bach avec l’Orchestre de Chambre de Paris dirigé par Ben Glassberg. Ce projet de disque sur piano historique et piano moderne, en collaboration avec la Fondation Royaumont, est consacré à la relation filiale entre C.P.E. Bach et Mozart et sortira en janvier 2019 chez Mirare. 

L’année 2018 fut aussi celle de l’édition de son premier recueil de poésie aux Editions Art3 qui fut intégré dans la liste des prix de l’Académie Française. 

Parmi ses projets à venir, Shani prépare un programme « Cosmos » sur les liens entre Beethoven et la musique indienne dont le mysticisme a historiquement inspiré le compositeur viennois. Ce projet aboutira en 2020 avec l’un des films coproduits par la Philharmonie de Paris pour l’année Beethoven, série qui réunira H. Grimaud, N. Freire, F. Say… Elle poursuit par ailleurs des projets engagés, dont une résidence avec Charles Berling au Théâtre de l’oeuvre à l’automne 2019, et l’organisation d’une série de concerts en 2018-2019 sur la réflexion entre les arts au Club Silencio de David Lynch. 

Lire la suite

Samedi 27 juillet 2019 

 19h30   |   Théâtre David


la Chambre Symphonique

Orchestre de 60 musiciens

Loïc Emmelin / Direction

Giovanna Thibault / violon solo


Concerto pour violon en ré majeur op. 35 de Piotr Ilitch Tchaikovsky, Giovanna Thiébaut, violon solo

L’oiseau de feu d’Igor Stravinsky

  • Giovanna Thiébaut,violon solo : D’une mère chef d’orchestre et d’un père hautboïste, Giovanna commence l’apprentissage de la musique à l’âge de 6 ans.

Après avoir débuté le violon en cours particuliers, elle intègre la Schola Cantorum puis le CRR de Boulogne-Billancourt où elle reçoit l’enseignement de musiciens réputés.

Elle rejoint l’orchestre français des jeunes durant 2 ans consécutifs.

Elle réussit en 2016 le concours d’entrée au CNSMD de Lyon et intègre la classe de Vladimir Nemtanu et Kazimierz Olechowski.  Elle a alors l’occasion de se former en musique de chambre ainsi que de jouer en orchestre avec l’Orchestre National de Lyon.

Elle a monté un projet d’orchestre de chambre aux côtés d’élèves du CNSMD et se produit fréquemment avec l’Opéra de Lyon et l’Orchestre de Chambre de Lyon.


·                       Loïc Emmelin

Passionné depuis l’enfance par la musique symphonique, c’est dans la classe de violon de Martine Lecointre au Conservatoire de Givors qu’il goûtera à ses premières expériences comme musicien d’orchestre. Il s’est ensuite intéressé à la direction d’orchestre, initié par Philippe Fournier (Orchestre Confluences– Lyon). Il y reviendra après avoir achevé un cursus scientifique à l’Université Lyon 1.

Depuis 4 ans, il suit l’enseignement de Philippe Cambreling, au Conservatoire de Chalon-sur-Saône et développe cette passion en approfondissant ses connaissances de la musique en général. Il y dirige des créations pour petits ensembles et participe à différents projets symphoniques ou ballets.

Il a travaillé avec différents chefs d’orchestres, en masterclasses avec Jean-Sébastien Béreau à Leiria (Portugal) et comme assistant, auprès de Fabrice Pierre au CNSMD de Lyon, ainsi qu’avec les compositeurs contemporains Peter Fender (Londres) ou Christian Hamouy, dont il dirige une création commandée par le conservatoire de Chalon-sur-Saône.

Il fonde et dirige La Chambre Symphoniquedepuis janvier 2018, orchestre avec lequel il a eu l’occasion de monter plusieurs programmes symphoniques et plusieurs concertos avec de jeunes solistes : Sophia Fournier (violon), Valentin Roze (violoncelle) et Giovanna Thiébaut (violon). Passionné par la musique des grands compositeurs russes et français, il tient également à monter des pièces inédites et travaille avec de jeunes compositeurs, sur des créations pour l’orchestre.

La Chambre Symphonique 

La Chambre Symphoniqueest un jeune orchestre créé en janvier 2018, par amour de la musique symphonique. Sous l’impulsion de son jeune chef et de ses musiciens passionnés, elle est rapidement devenue un ensemble orchestral ambitieux et exigeant. Fonctionnant par sessions de travail intense, en répétition sur quelques jours avec concerts à l’issue, La Chambre Symphoniquerassemble des musiciens motivés : professionnels passionnés, étudiants bientôt professionnels et amateurs éclairés, tous désirant partager une expérience symphonique forte.

Elle permet à chacun d’explorer sa pratique collective de la musique, de partager et d’approfondir son expérience de l’orchestre tout en rencontrant d’autres musiciens, d’horizons différents, animés de la même envie.La Chambre Symphonique est un catalyseur d’échanges musicaux et de rencontres intergénérationnelles et interrégionales, où chaque musicien profite de l’enseignement de chacun. Prête à explorer tous les répertoires, c’est avec enthousiasme que les musiciens se retrouvent autour d’un programme, pour le rendre le plus vivant possible.

Au fil des sessions de l’orchestre, s’est tissé un lien musical et bienveillant entre ses membres permettant de construire un véritable son d’orchestre, de travailler la musicalité du groupe comme un ensemble de musique de chambre, mais à 70 musiciens ! Persuadés que la musique n’est riche que dans le partage, c’est une occasion pour tous de se retrouver derrière des projets symphoniques ambitieux et d’offrir à chaque fois au public un concert au cœur de l’orchestre, au cœur de la musique symphonique.


Dimanche 28  juillet 2019 

 19h30   |   Théâtre David

Un soir à Jazzville

Deux danseurs jazz accompagnés par le septet d’Amazing Keystone.


The Amazing Keystone Septet et deux étoiles montantes sur la scène internationale de la danse jazz en solo, Ksenia Parkhatskaya et Daniil Nikulin, unissent leur talent lors de cette soirée originale pour vous immerger dans le monde de jazz. Vous y entendrez le meilleur du Swing Classique passionnément mêlé aux arrangements de Jazz moderne. Dans ce voyage, Ksenia et Daniil nous emmènerons de la « king of dance » (le Charleston des années 20), au Lindy hop, bebop, modern jazz, jusqu’à leur fameux duo devenu viral sur le net, « Sing sing sing », accompagné pour la première fois par des musiciens en live.

*** 2 Victoires du Jazz 2018 ***
« Groupe de l’année »
« Artiste qui monte » 


Ksenia Parkhatskaya :

  • Dans l’univers de la danse jazz et swing, Ksenia est l’une des artistes les plus multi-facettes et intéressante du moment. Elle est connue mondialement pour son Charleston sensationnel à travers des vidéos qui ont dépassé les 150 millions de vues sur le Net. Ksenia parcourt le monde depuis 2010, enseignant et interprétant sa vision originale de son art dans 35 pays. 

Entraînée aux danses de salon dans les salles de bal les plus concurrentielles depuis l’âge de 6 ans, puis au modern jazz et au théâtre à partir de 2006, elle traverse aujourd’hui les styles de danses jazz en balançant entre les danses d’Afrique de l’ouest, le ragtime, le charleston, le swing, le be-bop tout en continuant d’explorer les nouvelles manières de danser le jazz contemporain.

Ksenia danse régulièrement lors de concerts live accompagnée d’orchestres. Pour en nommer quelques-uns : Christian McBride Trio (US), Postmodern Jukebox (US), Barcelona Jazz Orchestra (Sp), Paul Dunlea Big Band (Irl), etc. En tant qu’artiste solo polyvalente, elle est également demandée par des festivals de musique ou pour interpréter des pièces classiques, comme par exemple la chorégraphie originale avec l’opéra de Paris d’« Un Violon Sur Le Sable » et « Symphonie sur l’Herbe ».

Daniil Nikulin :

  • Daniil est danseur, chorégraphe et professeur de danse. Son parcours de danseur a commencé à Moscou, sa ville natale, en 2009 avec un projet « Boogie-Woogie ».

Plus tard, en 2013, il commence à étudier la danse jazz en solo puis participe cette même année à sa première compétition de solo jazz, qu’il remporte.

Voici donc comment sa passion pour la danse est née. Ensuite ont défilé les compétitions internationales, et les masterclass, l’enseignement, et le lindy hop (danse de rue noire-américaine des années 20).

Aujourd’hui Daniil est champion russe de Lindy Hop, il a gagné de nombreuses compétitions de solo jazz et est l’un des plus intéressants danseurs de swing de Moscou. Dans ses influences, Daniil ne compte pas seulement le jazz mais aussi la danse contemporaine, la danse traditionnelle indienne et d’autres encore.

Chaque style complète l’autre, créant un mélange unique. Selon lui : « Un vrai danseur ne danse pas seulement un style, mais se danse avant tout lui-même et la musique. »

The amazing Keystone Septet :

  • Amazing Keystone Septet :Crée en 2010, le bouillonnant Amazing Keystone Big Bandexprime à la fois l’esprit, l’âme des grandes formations de l’ère du swing roi, et l’inventivité, l’ouverture, l’insolente virtuosité du jazz d’aujourd’hui.

En 2018, il remporte la Victoire du Jazz du meilleur groupe de l’année.

Complices depuis le Conservatoire, le pianiste Fred Nardin, le saxophoniste Jon Boutellier, le tromboniste Bastien Ballaz et le trompettiste David Enhco assurent la direction et les arrangements de l’orchestre.

Les 17 cadors qui piaffent derrière les pupitres de cette turbulente machine à jazz ne se contentent pas de faire allégeance, avec classe, à Count Basie, Duke Ellington ou Thad Jones. Ils considèrent surtout que cet orchestre d’amis triés sur le volet leur permet d’expérimenter des idées neuves, tout en revisitant les perles d’un répertoire insubmersible. The Amazing Keystone Big Bandperpétue cette musique ondulatoire tout en donnant libre cours à la créativité de ses musiciens, de leurs arrangements, compositions, et soli.

Depuis sa création, l’Orchestre a eu l’occasion de collaborer et d’écrire de la musique pour des artistes de renommée internationale tels que : Quincy Jones, James Carter, Didier Lockwood, Rhoda Scott, Stochelo Rosenberg,

Liz McComb, Michel Hausser, Thomas Dutronc, Bill Mobley, Cécile McLorin Salvant, ZAZ, Madeleine Peyroux, etc.

L’orchestre joue un très large répertoire de standards jazz et de compositions originales.




This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!